Chili

Mes moments de solitude au Chili, quand tout ne se passe pas comme prévu

03/01/2019
moments de solitude au Chili

Holà les amis. Retour sur des épisodes de ce voyage de 3 semaines au Chili. Dans l’article précédent, je vous racontais la gentillesse des chiliens, qui a contribué au fait que ce voyage a été une réussite. Ici, je vous raconte mes moments de solitude, les moments wtf, les moments où j’ai eu envie de me donner des baffes à moi même, les moments où à l’insu de mon plein gré je faisais n’importe quoi. Je n’ai jamais été dans des situations de vie ou de mort, mais j’ai eu souvent chaud aux fesses. Il y a déjà eu ces articles pour mes voyages en Californie, Brésil et autres. Voici l’édition Chili. On pourrait croire qu’avec mon âge avancé et mes 15 années de voyage, cela ne devrait plus m’arriver mais…….. J’ai l’art de me mettre dans des situations bien cocasses dont j’ai le secret, je vous assure.

Moments de solitude au Chili

Valparaiso

Oui mes moments de solitude ont commencé dès le départ de ces vacances. J’avais demandé à mes hôtes de Valparaiso comment faire pour rejoindre leur hostal depuis l’aéroport de Santiago.

Depuis la gare routière de Valparaiso, ils m’ont indiqué le chemin pour rejoindre l’hostal. Sur le papier, c’était simple.

J’ai attendu de nombreuses minutes dans unes des rues où passaient des bus. Pas de bus 612 pour moi, j’ai changé de trottoir mais là non plus, le bus n’arrivait pas.

En désespoir de cause, j’ai décidé de prendre un taxi. Je trouvais ça bête mais franchement, je n’allais pas rester 45 minutes de plus à attendre ce foutu 612.

 

Je précise qu’il faisait 30 degrés et que je venais fe faire 14h30 de vol depuis Paris, quasi 1h à attendre dans la file d’immigration…..

Quand je suis sortie du taxi devinez qui j’ai vu s’arrêter le trottoir d’en face: le dit bus 612. Grrrrrr.

J’ai appris plus tard par mes hôtes que je n’attendais pas au bon endroit le bus. Bref, j’aurais pu rester là 100 ans……

Ancund

Je me faisais une joie de faire la sortie en bateau pour voir les pingouins. J’avais vu la veille sur internet des agences qui faisaient cette sortie.

Je n’avais pas confiance en mon espagnol pour négocier directement avec les pêcheurs. Sauf que intelligente comme je suis, je n’avais pas mis en favori cette page avec toutes les adresses.

Le jour J impossible de retrouver. Heureusement, je me souvenais avoir vu un endroit qui faisait hostal et tour. En plus, au terminal de Bus Cruz Sur, j’avais vu la veille des affiches collées sur une agence.

 

Sauf, que personne n’était là et que la nana du kiosque voisin n’a pas réussi à joindre quelqu’un qui pouvait me faire cette visite. Vous savez si vous avez lu mon article précédent, que cela s’est bien terminé puisque Raoul m’y a emmené.

Tenaun

 

Chiloé

Sur l’archipel de Chiloé, 16 églises sont inscrites au Patrimoine Mondial de l’Unesco. J’en ai visité quelques unes. Je fais 1h30 de bus pour aller à Tenaun.

Très belle église. Mais, le problème c’est qu’elle n’est pas ouverte à l’heure où j’y étais. Pas d’affiche sur la porte pour indiquer les horaires. Je ne l’ai vu que de l’extérieur.

 

J’ai attendu ensuite 1h30 le bus suivant looool. Moralité, avant d’aller visiter ces églises, renseignez-vous avant sur les horaires d’ouverture. Tenaun est vraiment un hameau donc vraiment rien mais rien du tout !!

Castro

Quelques jours plus tard, je vais quitter l’île. Je dois payer mes nuits de l’hostal de Castro. J’ai essayé de retirer des sous la journée à Quinchao sans succès.

Les gens de la banque là bas m’ont rassuré en me disant que cela marcherait à Castro. Il faut savoir que le lendemain, je prenais le bus pour une longue journée car j’allais de Castro se trouvant sur l’archipel de Chiloé jusqu’à Pucon dans la région des lacs.

 

Rien que 600 kms entre ces deux villes. Je fais le tour de la place des Armes. Aucune des machines n’acceptent ma carte. Il y a différentes banques mais rien y fait.

Il est genre 19h. Bien sûr, plus d’employés dans les agences ce qui est normal. Je fais quoi moi. Dans unes des agences, un ado me dit de voir la police.

Oui, mais la police ne pourra rien faire pour moi. Ce n’est pas elle qui va m’aider à récupérer mes sous de ma carte bleue. Je me souviens alors que dans le centre commercial non loin il doit y avoir des guichets.

 

 

C’est en me rendant en direction de celui-ci que je trouve un autre Banco of Chile. Je serre les fesses et miracle, l’argent sort. C’est limite si j’avais pas envie de l’embrasser.

Je parlais toute seule. Bon, y avait quelqu’un derrière moi donc j’ai pris les 150 000 CLP et suis partie en me promettant intérieurement de ne plus attendre le dernier soir pour retirer.

Oups, c’est déjà ce que je m’étais dit quand le même épisode m’étais arrivée à Valparaiso.

Pucon

J’avais vu dans mon Lonely Planet qu’il y avait possibilité de cuisiner avec les chefs Mapuches. Ce sont les indiens présents dans la région avant l’arrivée des espagnols au Chili.

Toute contente, je vais à l’endroit indiqué par le guide. Sauf que ça fait des années que cette activité n’a pas lieu à l’adresse indiquée.

 

Il y a un hostal mais pas l’organisme pour les cours de cuisine. J’étais très déçue.

San Pedro Atacama

Pour partir et rejoindre San Pedro Atacam, j’allais prendre un vol interne. Autant, tous les autres trajets ont été faits en bus et/ou bateau, là je ne comptais pas faire 26h de bus depuis Santiago.

J’avais peu de temps devant moi. Pour faire le trajet de l’aéroport de Calama à San Pedro, j’ai pris un transfert Vip.

Depuis que je voyage, c’est la première fois que j’en prenais. Vous êtes plusieurs passagers et le chauffeur vous dépose un à un à votre hostal. J’avais réservé pour un aller retour, j’ai bien fait.

La veille de mon départ, un des employés appelle pour moi, il réserve le transfert à 7h. Je voulais plus tôt mais je n’avais le choix. C’était ça ou rien.

 

 

Peut-être que si j’avais réservé avant dimanche soir 18h, j’aurais eu plus de choix looooooool. Je n’ai pas reçu de confirmation par email. L’employé n’avais pas envie de retéléphoner, il me dit c’est bon la nana au téléphone a pris ta résa, circule y a rien à voir.

Il ne me l’a pas dit comme ça mais en gros cela voulait dire ça.

Le lendemain bibi est prête. Le temps passe, il est désormais 7h30 et toujours personne. Déjà quelques minutes avant, je fais part de mon impatience et peur à l’employé de l’hostal.

Il s’agit d’une personne différente de celle qui j’avais eu la veille. Pour lui, tout va bien il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Sauf que je commencer à avoir peur moi.

 

Je ne sais pas combien il y a de vol pour Santiago et je ne peux pas me permettre de rater mon vol. Mon départ pour la France est le lendemain donc….

 

 

Il faut savoir qu’il y a 95 kms entre l’aéroport de Calama et San Pedro et surtout une unique route. Ben ouais quoi c’est pas comme si j’étais coincée à Chatelet et que le Rer b qui m’amène à l’Orlyval est en panne. Y a pas d’autre solution.

Je me voyais pas du tout faire 26h de bus sachant que je perdrais mon billet si je ratais mon vol. Bref, mon cerveau était en feu. L’employé de l’hostal n’arrive pas à joindre le hotline.

Je luis dit que son collègue avait réussi la veille. Ouf, il y a google traduction et le wi-fi. J’ai même cru un moment qu’il ne savait pas lire.

 

Il faisait la même chose que les taximens en Thaïlande qui ne savaient pas lire autre chose que l’alphabet Thaï.

 

 

Après mon insistance, il a commencé à chercher quelq’un pour m’emmener à l’aéroport, un autre taxi quoi. Le temps file et j’étais toujours à San Pedro.

Soudain, une voiture arrive et c’est mon transfert Vip. Alleluia. Là le gars de l’hostal commence à s’énerver avec le chauffeur.

Je sais pas trop ce qu’ils se disent mais je suis certaine que le gars de mon hostal lui signale qu’il n’arrivait pas à les joindre. Bon, moi je m’engouffre dans la navette où il y deux hollandaises aussi énervées du retard.

 

Il est venu avec 48 minutes de retard. Ouf, il nous dépose à temps pour q’on prenne notre vol. Mais, il aurait pas fallu qu’il soit plus en retard. Il se trouve que les hollandaises et moi avions le même vol.

Santiago

Pour rejoindre mon dernier logement à Santiago, à l’aéroport, on m’a dit que le mieux était de prendre le bus puis le taxi arrivée au terminus.

Arrivée au terminues de la ligne, je cherche un taxi. Un monsieur âgé me prend. Bon, là où j’aurais du me douter que tout n’irait pas sur des roulettes, c’est que je comprends qu’il demande à ses collègues où se trouve l’adresse.

 

 

Et là, le gars part mais il sait pas où il va. Je m’explique il s’arrête plusieurs fois pour demander aux gens. Il va très lentement.

Le mieux c’est quand il s’arrête dans une rue genre c’est là alors que non c’était pas là. Ce n’était pas la rue Claudio Arrau. Ok, mec, je comprends pas l’espagnol mais je sais lire.

Je lui dit que non c’est pas là. En français, je commence à montrer mon agacement. Certes, il ne comprend pas le français mais je lui dit que ça commence à bien faire.

 

 

Sérieux le gars n’a ni plan de la ville ni smartphone, donc tu prends pas une course quand tu sais pas où c’est.

Oki, il a vue une nana et s’il est dit qu’il pourrait me balader tranquille vu j’étais pas du coin. Heureusement pour moi, on est tombé sur quelqu’un avec un smartphone qui lui a indiqué le chemin.

 

 

Bon, je pense franchement qu’il a fait exprès de traîner pour faire augmenter la note. Genre, il a pas compris quand ses collègues avant le départ de la course lui ont indiqué le chemin. Bref, j’arrive dans la rue et lui donne l’argent rapidement.

Ensuite, je me suis calmée tout de suite. Quand on fait la conversation, c’était pas une grosse somme. Mais c’était plus pour l’attitude que pour l’argent en lui même. J’aime pas être prise pour une conne.

 

Pour le départ vers l’aéroport, on m’a indiqué un chemin super facile qui ne nécéssitait pas de taxi, juste métro et bus looool.

Voilà, voilà mes petites péripéties au Chili. Bon, je vous ai pas tout raconté hein sinon on y était encore en avril prochain lool.

 

 

Dans mes récits, je vous donnerai des petites astuces pour pas se faire avoir lool. Rien d’insurmontable, vous l’aurez compris, mais de quoi serrer les fesses et se faire de belles frayeurs.

Et vous racontez-moi unes de vos dernières péripéties ?

32 Comments

  • Reply Marjorie 03/01/2019 at 20:44

    Haha j’adore, merci de nous faire part de ces petits moments de solitude! que des trucs qui pourraient m’arriver 😉 il m’en arrive souvent des comme ça, heureusement rien de bien méchant, cela se règle plus ou moins rapidement. Bon pour le taxi, je te comprends tout à fait… grrr

    • Reply Tania 05/01/2019 at 15:36

      oui il faut ausi parler de ces moments là je trouve
      tête en l air je suis et je resterai

  • Reply eimelle 04/01/2019 at 10:00

    quelques moment stressants en effet! Heureusement, cela se finit bien!

    • Reply Tania 05/01/2019 at 15:36

      oui heureusement mais sur le coup je serre les fesses

  • Reply aurelie@travelingaddress 04/01/2019 at 10:49

    Oulala le stress! 48 minutes de retard, pas pressé le gars! ça change du taxi en France où on te dit: « Vous préférez quel itinéraire?  » Perso je ne sais pas quelle route il faut prendre mais je sais combien de temps ça prend environ donc 🙂

    • Reply Tania 05/01/2019 at 15:37

      ah ah je prends jamais de taxi en France mais j imagine le contraste
      j avoue que ces explications genre c est la faute de la plaforme….

  • Reply Anne 04/01/2019 at 14:23

    Heureusement rien de grave. Et sans parler espagnol en plus!

    • Reply Tania 05/01/2019 at 15:34

      et oui sinon c est pas drôle hein

  • Reply kikimagtravel 04/01/2019 at 18:23

    Ah les histoires de retrait et d’argent qui ne sort pas c’est toute une histoire. Nous avons vécu la même galère en Thailande avec ma meilleure amie. On s’est retrouvé sans argent pour payer le taxi et sans argent pour payer Hotel précommandé via Booking. on a du abandonné ce dernier et en trouver un autre. Nos cartes ne passaient plus il était dimanche soir en France, toutes les agences étaient fermés et la mienne le lundi aussi. On a essayé de joindre l’assistance des banques qui nous ont dit qu’il ne pouvait rien faire pour nous car nous n’avions pas une mastercard. J’avais envie de les frapper LOL. Il nous resté donc 10 euros pour vivre. On a réussi à trouver un hotel à l’équivalence de 5 euros la nuit pour deux et manger pour 5 euros ( des trucs comme des chips ) en attendant le lendemain que ma meilleure amie qui avait sa banque ouverte le lundi puisse nous sauver la vie. Les banquiers avaient tout simplement bloqqués nos cartes car il n’avait pas bien noté que nous partions en Thailande alors que nous leur avons signalé avant de partir SUPER ! Bref comme quoi on peut vivre avec 10 euros par jour en thailande mdr

    • Reply Tania 05/01/2019 at 15:27

      ah ah la Thaïlande que de souvenirs
      c est vrai qu avec des euros tu px faire pas mal de chose la bas
      je me souveins des chambres de fous que j avais seulement pour 7 euros
      le truc de fou tu préviens la banque et ils te coupent la chique qd même

  • Reply Agnès - Esprit Laïta 05/01/2019 at 12:57

    pas forcément plaisant à vovre mais l’article est amusant à lire! Bonne année!

    • Reply Tania 05/01/2019 at 15:24

      merci bcp, bonne année à toi aussi Agnès

  • Reply Jolies lueurs 07/01/2019 at 12:55

    Coucou Tania 🙂 Les petites mésaventures en voyage deviennent anecdotiques par la suite, on peut en rire 🙂 Mais sur le moment, on se sent effectivement très seuls ! Le coup de ne pas pouvoir retirer de l’argent, j’imagine bien la sueur froide !

    • Reply Tania 07/01/2019 at 22:12

      merci Julie de ton passage par ici
      clairement, après qu’est ce qu’on en ri
      d’ailleurs je ne manque pas d’écrire un article du genre après chaque voyage car malgré le poids des ans à l insu de mon plein gré j en fais toujours de belles

  • Reply Lionel De Beaux Lents Demains 08/01/2019 at 15:00

    Ha Ha géniales, toutes ces anecdotes ! C’est vrai qu’on se dit que quand on a l’habitude de voyager qu’on maitrise, qu’en improvisant ça peut le faire… mais en fait, ça nous arrive trop souvent c’est clair ! Tu ne peux même pas imaginer le nombre de fois où j’ai eu des plans comme ça. Dans ce que je me rappelle, une fois j’étais en voiture et je n’avais plus de liquide de refroidissement, chez le garagiste, j’ai pris du liquide pour essuie glace, et comme il faisait nuit, j’ai éclairé avec un briquet, et le liquide s’est enflammé. J’ai failli mettre le feu à la voiture… mais ça s’est bien fini. Sinon, le nombre de fois où j’ai manqué de rater le train… En fait, en vacances ce qui est le plus galère, ce sont les horaires qu’on doit respecter ! Merci en tout cas pour ton article, il m’a bien fait marrer !

    • Reply Tania 08/01/2019 at 21:54

      alors mission réussi si tu t es marré. Ah je pensais être la seule dans ce genre de plan, tu me rassures lool.
      Même avec les enfats ça t es arrivé ? ils sont encore petits pour s’en rendre compte non des moments de solitude ?

  • Reply Rokusan 09/01/2019 at 17:01

    Oh le coup du bus, quelle déception ! Et c’est clairement le genre de truc qui aurait pu m’arriver, alors je ne peux que comprendre ta solitude ahah !
    Pour le coup du transfert VIP, qu’est-ce que tu as du paniquer ! Heureusement que tu arrives à te faire comprendre et à comprendre, j’aurais été très mal barrée à ta place ahah !
    Ces moments de solitude sont, sur le coup, des moments d’angoisses et de déceptions, mais quand tu y repenses plus tard qu’est-ce que tu en rigoles ! Pour ma part, ma dernière mésaventure tu la connais : avant de prendre mon train pour Lille je découvre qu’un con**** a bouffé mon repas laissé dans le frigo de mon entreprise ! Pff ! Aujourd’hui je rigole quand même de son affront de m’avoir laissé la fin du repas comme ça, genre c’est normal mdr

    • Reply Tania 09/01/2019 at 23:10

      ah ah je comprends que tu aies été traumatisé par le voleur de bouffe à ton job
      c est clair que jen ris bcp aujourd’hui de ces anecdotes
      ah ah je me suis promise d’apprendre l’espagnol en 2019
      on sait jamais ça pourra me resservir un jour lool

  • Reply Alexandra - On holidays again 12/01/2019 at 10:46

    Ohlalala ! J’en reviens pas de toutes les galères que t’as eues ! Alors là que le voyage est derrière, on sait que tu vas bien et que tout s’est bien passé, mais c’est vrai que t’as eu de sacrés moments de solitude. Je crois qu’à Valparaiso avec autant d’heures de vol derrière moi, j’aurais pété les plombs ! En tout cas, ces désagréments, dans la mesure où ils finissent bien, rendent le voyage plus « intense »…

    • Reply Tania 13/01/2019 at 14:47

      oui sur le coup on pt être énervé mais en fait c’est pas grand chose
      ça donne le sel au voyage je trouve
      et puis qd on ne passe pas par une agence c’est ça
      c’est l’aventure dit la fille qui a qd même bien serré les fesses devant les distributeurs chiliens loooool

  • Reply la lykorne illettrée 12/01/2019 at 14:06

    J’adore cette rubrique anecdotes et moments de solitude… Ça arrive forcément lors d’un voyage : une bonne adresse qui n’existe plus, un bus qu’on ne trouve pas, un point de rendez-vous compliqué à atteindre… J’ai eu des problèmes aussi de carte bancaire, lors de mon voyage en Thaïlande… Ma carte bleue ne marchait plus, ni celles de mes compagnons de voyage… On a vécu sur le peu d’économies qui nous restaient en attendant que mon copain nous rejoigne… Il a pu retirer, ouf ! Il y a beaucoup de fraudes là-bas et les cartes bleues sont bloquées assez rapidement par les établissement bancaires…. La lose !

    • Reply Tania 13/01/2019 at 14:49

      ah oui c’était chaud aussi
      en Thaïlande je n’avais pas eu de problèmes pour retirer hi hi
      c est le sel du voyage ces petites anecdotes bien marrantes

  • Reply Alexis - Le Petit Explorateur 14/01/2019 at 19:23

    Je me reconnais tellement dans ces moments. Figure-toi qu’il m’est arrivé la même mésaventure à Dubai concernant le retrait d’espèces. J’ai trouvé par chance au bout de quelques jours un distributeur qui reconnaissait ma carte…
    Ce type d’anecdote, ça fait des souvenirs de nos voyages 🙂

    • Reply Tania 16/01/2019 at 22:46

      oui les souvenirs, si tout était parfait ça serait pas la même chose

  • Reply Claire 16/01/2019 at 15:19

    Bon, sur le moment c’est jamais agréable mais c’est ça fait partie des souvenirs du voyage 😀
    Surtout pour nous, personnes pas très organisées ( même quand on fait au mieux!) J’adore lire l’envers du décors :ces petits tracas et moments de stress surtout quand on voyage seule. Je n’en parle pas sur mon blog et te lire me fait bien marrer hihi

    • Reply Tania 16/01/2019 at 22:36

      oui ouf je ne suis pas la seule à me retrouver dans ces situations
      hi hi le ridicule ne tue pas alors je raconte
      je pense que personne n a un voyage toujours clean, c est bien aussi de lire ça même chez des gens qui ont de l’expérience en voyage

  • Reply mambribri 17/01/2019 at 18:40

    Coucou Tania,
    J’ai pris plaisir à te lire et tu m’as fait sourire. Que d’aventures !
    Je suis beaucoup moins aventurière que toi, déjà je ne pars pas seule et puis quand c’est pas un voyage organisé je regarde tout, je cherche tout à l’avance, où quoi comment combien avec les avis et conseils des gens sur internet, j’ai besoin de tout bien organiser, visites, argent, hôtels, sinon je sais que ça va me stresser et j’aime bien voir le maximum d’un pays où en principe je ne retourne pas car il y en a tant à voir.
    Déjà en organisant tout il m’arrive des petites aventures quand même très souvent, j’ai déjà pris le bus dans le sens contraire en oubliant que ça roulait à gauche, j’ai déjà eu des avions en retard, en panne avec toutes les aventures qui en découlent, une fois on est remonté dans un avion avec la grosse trousse à outils en dessous pour faire l’essai de décollage ou pas… une autre fois quelqu’un était en train de mourir dans l’avion et les hôtesses criaient… on s’est retrouvé dans un article dans le journal au Vietnam avec notre photo pour avoir été roulé avec un faux bureau de change dans l’aéroport.
    Dans ma jeunesse, comme je n’avais pas d’argent, je partais souvent en stop, j’ai fait de l’omelette sur le trottoir à Munick, dormi sur la plage, dans un foyer qui recueillait les prostitués, dans une chapelle, un docteur à 4 pattes dans ma petite canadienne en Italie etc etc. Maintenant je peux me payer un peu plus de confort et il reste toujours une part d’aventure de toute façon quand on ne connait pas un pays et sa population et c’est à chaque fois une formidable découverte. J’adore voyager, visiter une journée, un Week end, on est toujours en route il y a tant à voir en France et dans le monde….

    • Reply Tania 19/01/2019 at 13:50

      merci du partage de tes expériences, tu as fais fort qd même lool
      il y a tant à découvrir en France et dans le monde
      contente que l article tai plu

  • Reply Lamiae - pour l'amour du voyage 19/01/2019 at 21:14

    Il t’en est arrivé des choses au Chili, mais le top c’est le retard du chauffeur qui aurait pu te faire rater ton vol, j’en aurais eu des sueurs froides moi 🙂 Ce qui est marrant avec ce genre de péripéties, c’est qu’ensuite ça se transforme en anecdotes de voyages que l’on raconte en en riant volontiers.
    Moi ma plus grosse galère de voyage était aux Pays-bas. Nous y sommes partis avec notre enfant qui avait à peine 2 ans. Nous devions rejoindre le sud à Maastricht depuis la ville de Delft en train. Normalement, nous avions un échange à faire au niveau de la ville d’Eindhoven. Sauf qu’à un certain moment alors que nous étions en arrêt dans une gare, il y a eu un message mais uniquement en hollandais, pas d’anglais, certains passagers sont descendus mais pas tous, nous sommes donc restés. Par la suite nous avons compris que l’itinéraire initial ne pouvait se faire à cause du brouillard dans une ville, sauf qu’ils n’ont rien affiché. Nous avons donc du descendre dans je ne sais quelle ville et chercher d’autres correspondances. Nous avons fini par prendre 5 ou 6 trains au lieu de 2 dans un grand stress en ayant poussette et bagages et un enfant en bas âge, ça nous a pris presque la journée. Grosse galère, mais aujourd’hui on en rit 😀

    • Reply Tania 20/01/2019 at 10:50

      oui ça fait pari de l’aventure. On en rit après et on raconte aux proches et amis. ce voyage au Chili était tellement formidable que j ai plus ris qu autre chose de ses mésaventures

      Ah le coup typique qd tu as l’annonce dans les transports et que tu comprends rien. J’imagine que ça devait être bien chiant avec la poussette et tout
      5 trains c’était le parcours du combattant

  • Reply nat.lavoyageuse 24/01/2019 at 06:50

    Oh quel plaisir de te lire, j’avais gardé les articles en réserve et là depuis le Népal je me régale…. Ces histoires de carte bleu toujours un souci, je serre toujours les fesses en arrivant à l’aéroport dernière frayeur en date Katmandou. Je suis vraiment contente que tu es apprécié les chiliens.

    • Reply Tania 26/01/2019 at 22:52

      oh merci bcp, je suis très touchée
      stau tuned je suis en plein Chili actuellement
      en fait j alterne Chili et Italie j ai décidé en ce début 2019

    Leave a Reply