Voyage au Brésil 2017, les moments de solitude | Viver a vida is wonderful
Brésil

Voyage au Brésil 2017, les moments de solitude

09/12/2017
moments de solitude en voyage

Bom dia les amis ! Je dois avouer que les premiers jours de mon voyage au Brésil, je me suis dit que finalement pour ce voyage, il n’y aurait pas ce genre d’article. Article qui revient systématiquement. Ce n’est pas fait pour alimenter le blog. Je vous jure. Et puis, un moment, cela a dérapé. A l’insu de mon plein gré, je me suis retrouvée dans des situations assez cocasses. Je les nomme mes moments de solitude. N’hésitez pas à retrouver la version 2015. Place à la version 2017. Si vous voulez rire un bon coup, vous êtes au bon endroit. Je ne fais pas partie de ceux pour qui le voyage se passe sans problème. Comme le ridicule ne tue pas , je partage mes aventures mêmes les moins glorieusesVamos !

Brésil 2017, moments de solitude en voyage

Taxi aéroport Sao Luis

J’arrive à Sao Luis grâce un vol de la compagnie GOL. Trajet rapide entre Rio De Janeiro et Sao Luis. Je demande à quelqu’un de l’accueil de l’office de tourisme, où je pouvais prendre un taxi conventionné.

 

Ce sont ces taxis où le prix de la course est déjà fixé. Ils travaillent avec l’aéroport. Il m’indique, je me dirige vers le guichet.

 

Je lui explique là où je veux aller ou plutôt, je lui montre ma réservation Booking avec l’adresse de ma pousada. La nana me dit un prix.

 

C’est là que le sketch commence. Je lui demande comment ça se passe. Elle me commande le taxi, la marche à suivre etc. Là la fille ne comprend pas et ne fait pas d’effort.

 

Très aimable l’accueil, je me dis que je suis mal barrée. Je retourne vers le gars à l’accueil qui me dirige vers quelqu’un de la société de taxi partenaire. Et dehors un taxi m’amènera à ma pousada très connu d’ailleurs . Voilà pour l’entrée en matière.

 

Quand tu ne sais pas ce que tu manges

Un soir, je commande un plat. Suis tranquillement installée au restaurant, y a de la bonne musique. Je déguste mes premières caïpi.

 

Je commande un plat que je crois être sorte d’accra de morue.

Non, j’ai une chose non identifiée. Certes, cela la forme d’un beignet mais seulement la forme. Je suis restée sur ma faim.

Ben ouais pas de traduction en anglais du plat. Tiens pour le premier jour, c’est  pas mal dans le genre.

Excursion non francophone

Le 2è jour à Sao Luis, je dois réserver mon excursion dans le Lencois. Je sais car j’ai lu que ce n’est pas cela qui manque dans la ville. Je vais à l’office de tourisme. J’explique mon cas.

 

Je tombe sur un gars qui parlait parfaitement anglais. Suis super contente, il reste de la place pour le lendemain. Il m’a booké l’excursion qui comprend le transfert de ma pousada de Sao Luis à Barreirinhas, la nuitée et petit déjeuner dans la pousada ainsi que les 2 jours d’excursions avec guide et retour à Sao Luis dans la pousada.

 

Tip top.

C’était un prix bien inférieur à ce que j’avais lu ici et là. Super. Je continue ma journée à ma balader dans le centre historique de Sao Luis et puis tout d’un coup, je pense à un truc. Je n’ai pas précisé dans quelle langue je voulais l’excursion.

Je retourne à l’office de tourisme. Le gars me confirme que l’excursion se fera en portugais. Ah oui, ben pardi, je n’avais pas précisé que je la voulais en français. Bon , ben allons y pour le portugais.

Je n’avais pas l’air maligne quand même. Je me suis dit à la veille de l’excursion , je ne me voyais pas tout annuler pour chercher en français.

 

 

J’aurais pu mais ce n’est pas ce que j’ai fait. Je me suis dit que de toute façon le désert je crois que je le verrais quand on arrivera idem pour les lagons donc vamos pour du 100 % portugais.

Avant et Pendant l’excursion

Il y a eu plusieurs interlocuteurs. Le chauffeur du van qui nous expliquait comment allait se passer la journée, ne parlait que portugais donc assez vite j’ai été larguée. Les autres participants étaient TOUS brésiliens. Ils ne parlaient pas anglais. Me voilà bien.

 

 

Finalement, pendant les 2 journées, cela s’est bien passé. Je n’ai pas compris les explications sur la faune et flore lors de la croisière en live.

 

 

Mais le guide était super sympa quand je lui ai dit que je ne parlais pas portugais, il a fait un effort pour m’ expliquer en le peu de français qu’il savait.

 

 

Idem pour la première journée, le guide était sympa. Mais c’était assez simple. Lagon, désert, dune, lagon hi hi.

Le loupé Alcantara

Le dimanche, je souhaitais aller à Alcantara, une ville située sur l’autre rive par rapport à Sao Luis. Je ne me suis pas préoccupée des horaires de bateau. Je pensais naïvement que les bateaux étaient fréquents.

 

 

Je demande aux gens de la pousada qui me disent un speed boat part à 9h30. Un des gars de la pousada m’accompagne. Sympa je trouve. Pendant le trajet, on rencontre un gars et je comprends que ça chauffe.

 

 

D’ailleurs, le gars de ma pousada presse le pas. Ce qui devait arriver arriva. On arrive à la gare maritime, le catamaran venait de partir.

Ce jour là, pas de speed boat. Seul le catamaran fait la traversée. J’étais dégoûtée. Même si le trajet était de 2h. J’étais prête à le prendre moi.

 

 

Le gars de la pousada s’est démené pour me trouver autre chose parmi ses contacts mais il a échoué. Voilà quand on est team dernière minute des fois ça passe pas.

Chauffeur de taxi qui arrive trop tôt et ses conséquences

Cela a été la cata du jour. Pour me rendre à l’aéroport de Sao Luis pour retourner dans le sud du pays, j’ai commandé un taxi à la pousada. Le gars doit venir à 20h. 19h50, le gars est déjà là. Je me presse.

 

1ère conséquence, j’oublie mes cartes postales du désert du Lencois sur la petite table à côté de mon fauteuil. J’étais à la réception en attendant gentillement. Franchement, j’étais dèg.

 

Mais trop à un point vous pouvez pas savoir. A cause lui, les cartes postales que j’ai envoyées sont ultra classiques car seulement Rio de Janeiro ou la station balnéaire d’Arraial do Cabo. Mais bon, ce n’était pas le pire de la soirée.

 

Quand j’ai commandé le taxi, j’ai insisté pour qu’il viennent 3h avant mon départ. Le gars de la pousada disait que c’était trop tôt. Je n’ai pas plié et les événements qui vont suivre m’ont donné raison.

 

J’arrive à l’aéroport, je me dirige vers les machines pour sortir mon billet d’embarquement. J’ai acheté ce vol Sao Luis Rio via Belem comme en 2015 via Expédia.

 

 

Ne me demandez pas pourquoi il semble difficile d’acheter directement sur des compagnies brésiliennes.

Là je m’échine pendant plusieurs minutes. J’échoue , je n’arrive pas à sortir ce billet. Je m’inquiète. Il n’y a personne au guichet de GOL.

Il est 20h30 au Brésil donc 3h de plus en France. Je vois déjà un scénario pas très jojo. Je vais voir des gens de l’aéroport, bien entendu, elle ne parle pas anglais et ne peut m’aider.

 

Elle me dirige vers un gars de l’accueil. Je lui explique et montre mon problème. Lui aussi n’arrive pas.

 

 

Il me dit qu’il va chercher les gens de GOL. Pendant ce temps, le temps tourne. Je vois des brésiliens qui sortent leur carte sans problème. Après un temps qui m’a paru une éternité, les agents de Gol arrivent.

 

 

Je crois que mes problèmes sont terminés. Fausse joie.

Un agent prend mon passeport. Il me dit que mon billet ne prend pas en charge le bagage en soute. Je dois payer un supplément. Je lui explique je ne comprends pas.

 

J’ai déjà pris Gol en 2015 et je n’avais rien à ajouter. Il m’explique que là mon billet est dans ceux les moins chers. Je dois ajouter 60 R$ pour le bagage en soute.

 

 

Si je le fais avec la carte bleue débit à la machine,  je ne paie que la moitié mais seulement si c’est une carte débit. Là j’ai comme un doute mais j’y vais . Je tente le coup.

Je prends ma carte bleue qui se trouve dans ma valise dans un autre sac. Oui car avec tout cela je n’ai pas eu le temps de transbahuter ma cb, les clefs de chez moi dans mon petit sac.

Quand je sors je ne me balade pas avec toute ma vie seulement l’argent du jour copie de mon passeport, tel, appareil photos mais pas les clefs de chez moi et cb, clés du bureau…….

 

.Ce qui devait arriver arriva, cela ne marche pas avec ma cb. Je retourne au guichet en m’ étant fait doubler. Cette fois,  je tombe sur la collègue pas fute fute de l’agent de tout à l’heure.

 

 

Elle finit pas sortir les billets. Je lui donne 100 R$. Zut madame n’a pas assez de monnaie pour me rendre 40 R$. Elle part très longtemps chercher de la monnaie.

 

Elle revient, je lui propose d’ajouter 10 R$ pour qu’elle me rende 50 R$ .

 

 

Elle fait traduire à son collègue que non il lui faut 16 R$ de plus. Je retourne tout mon porte-monnaie pour lui trouver 16 R$ de plus. Quand je lui donne, elle me dit non 10 R$ ça va. Non mais stp c’est ce que je lui avais proposé 20 minutes avant.

 

 

Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrr. Je te jure pas fute fute la nana.

Ok sac en soute. Quand tout d’un coup, j’ai une illumination. Avec tout ça, je n’ai pas pris mon swwet car mine re rien avec la clim à fond entre minuit et 2h du mat dans l’avion et même après ce n’était pas de trop.

Et SURTOUT, j’ai laissé comme une conne mon 2è petit sac avec mes clés, cb, pass naviguo , cni, vous voyez le truc. Ma cb dans la soute quoi.

 

 

Si bagage perdu, c’était la fin des haricots. Car dans mon bagage se trouvait aussi le reste de mes réals. Là j’avais sur moi juste 100 R$. J’irais pas loin avec ça.

J’imaginais tous les scénarios catastrophes. Certes, ma valise ne s’était jamais perdu mais y a un début à  tout. Bref, j’étais pas bien. J’imaginais le pire.

 

 

Demander de l’argent à ma famille en France pour continuer le voyage. Faire opposition…..

Arrivée à Belem

A l’aéroport de Belem, j’espérais secrètement récuperer ma valise et non c’est seulement à Rio destination terminale qu’ on récupérait les bagages. J’ai demandé plusieurs fois à la nana de Gol si on allait chercher notre bagage à Belem.

Non c’est une connexion me dit elle c’est à Rio.

Arrivée à Rio

Bien entendu ma valise a mit 10 ans à arriver mais il y avait mon sac et tout son contenant c’est à dire ma cb et le reste. Ouf. Là j’ai fait le transbahutage immédiatement.

Consigne à la gare routière de Rio De Janeiro

Je demande à l’aéroport si y a une consigne à la gare routière de Rio. Cela m’éviterait de repasser par l’hôtel. Là je suis tombée sur des gens pas sympas. Ils n’avaient pas envie de se fouler.

 

 

Ils ne parlaient pas anglais et mon portugais ne leur semblaient pas claire. Le gars de la consigne de l’aéroport fait mine de ne pas comprendre genre lui il sait pas ce que je raconte.

 

Résultat, je suis allée à l’hôtel laissé mon bagage.

Episode Arraial do Cabo

Chauffeur de taxi qui connaît pas la ville

Comme toujours j’assure. A la sortie du bus, je me dirige vers un taxi. Je ne savais pas du tout où se situait mon hôtel.

 

Oups, en fait ce n’était pas un hôtel mais une chambre dans une maison. Team dernière minute c’est moi.

 

 

Je me dirige vers un chauffeur de taxi. Je lui tends la résa booking avec l’adresse. Il me dit ok. C’était un vieux monsieur.

Je m’installe et vla que le gars passe 5 minutes pour se rencarder sur l’adresse. Un de ses collègues lui explique comment y aller. Ok suis pas fluent en portugais mais j’ai compris la situation.

 

 

A son âge , il connaît pas sa ville. Grrrrrrr. En voilà ma chance, je vais faire le tour du pâté de maison je le sens.

 

 

Il démarre et ce n’est seulement là que je lui lance 1 taxi meter. Le gars me dit qu’il fonctionne pas et que ce sera 15 R$.

 

 

Ok ça doit être vraiment tout proche à ce prix là. Ouf on trouve l’adresse mais ce fut laborieux.

J’ai failli partir sans payer ma chambre

Le gars qui s’occupe de la chambre me dit le premier soir que je peux payer le lendemain ou le jour du départ. Le lendemain soir, je décide de payer. Comme ça je serais plus tranquille et partirai quand je le souhaite.

 

 

Dans la journée, j’achète mon billet de car pour Rio. Jeudi à 8h30. Le soir je frappe ou plutôt je sonne à la porte du gars. La maison est dans la rue.

 

 

Personne. Un voisin me dit qu’il est à l’église.

 

 

La flemme de ressortir, je me dis que je le ferai le lendemain aux aurores. Le lendemain, je sonne plusieurs fois. Personne n’ouvre la porte.

 

 

Grrr ben alors coco, tu me dis que je peux venir quand je veux et tu me fous 1 lapin.

 

Je décide de laisser l’argent sur le lit. Je prends une photo, je profite du wifi pour lui envoyer. Oui c’est moi la nana parano.

 

Si quelqu’un d’autre prend l’argent, je ne veux pas être débité car je n’aurais pas soit disant payé.

 

 

Je laisse la clé dans la boite à lettre. Je me dirige à pied cette fois vers la gare routière. Et voilà que je tombe sur le gars.

 

Il a eu la photo. On se dit au revoir.

Episode Pétropolis

Je suis allée à Pétropolis depuis Rio. Cette ville est à 70 kms. Je me suis quand même promenée malgré la pluie de la journée.

 

Un moment j’avais repéré que l’arrêt en face menait à la gare routière. Je demande confirmation au chauffeur. On part.

 

On s’arrête au terminus qui est la gare routière.

Sauf que je ne reconnais pas la gare par laquelle je suis arrivée de Rio ce matin là. Quelques minutes suffisent pour m’apercevoir que je n’ étais pas à la bonne gare routière. Oui sachez qu’à Pétropolis il y a 2 gares routières.

 

Celle qui concerne les trajets locaux et celle qui concerne les trajets pour les voyages dans tout le pays, à Rio bien sûr et ailleurs.

Cette gare s’appelle Binden. Résultat perte de temps et d’argent, ok même pas 2 R$.

 

 

Voilà voilà pour mes moments de solitude au Brésil version 2017. Levez la main ceux que je n’ai pas perdu. J’ai passé sous silence quelques moments car je vois que mon article est déjà assez long.

 

Oui c’est ça aussi le voyage en solo dans un pays dont on ne maîtrise pas la langue, plus le fait que je suis assez étourdie.

C’est que vous devez revenir pour le récit de ces 11 jours magnifiques. A bientôt pour la suite de mes aventures.

 

E vous racontez-moi des anecdotes savoureuses ?

10 Comments

  • Reply kikimagtravel 09/12/2017 at 22:52

    1 – oh oui ma pauvre en Chine ca m’est arrivé tous les soirs de ne pas savoir ce que je mangeais haha impossible de savoir quel viande je mangeais !
    2- moi aussi je me suis assez nulle en anglais je suis pas très doué donc je ne comprends jamais rien aux guides des excursions ! Francais ca existe casiment jamais !!! Je n’ai donc jamais l’air très maligne je te rassure
    3- Les galères à l’aéroport avec leurs billets c’est tellement la mort !!!!! Ca me rapelle les annulations xd

    Comme tu peux voir moi aussi je suis abonné à tout ce genre de galères mais c’est vrai que je ne les ai jamais vécu toute seule!! Tania tu es une aventurière et tu braves toutes les galères seules et toujours avec le sourire ! Bravo tu es mon idole !!!! 🙂

    • Reply Tania 10/12/2017 at 12:28

      merci Kiki
      ça donnerait quoi si on voyageait ensemble lool
      o final y a pas mort d homme même si j t assures je faisais pas la fière à Sao Luis qd ma cb et le reste était dans la soute

  • Reply Vai en vadrouille 10/12/2017 at 19:42

    Eh ben, que d’aventres Tania ! J’en ai stressé en te lisant haha x)
    Heureusement tout finit bien et tu es bien rentrée en France avec toutes tes affaires (sauf les cartes postales, dommage) !

    • Reply Tania 10/12/2017 at 21:16

      merci d avoir tenu même si article plutôt long
      oui mais franchement j étais deg pr les cartes
      un moment j ai pensé à appeller la pousada pr qu ils me l envoient à Rio mais c était trop tard
      suis tjrs un peu étourdie moi
      c ma version de Lost in translation loool bonne soirée

  • Reply Mandy des Boubous 11/12/2017 at 14:36

    Oh là là ma pauvre, quelle galère à l’aéroport !! Et quand tu tombes sur des gens pas fut-fut alors que tu es pressé, c’est vraiment énervant et stressant xD
    Tu m’as bien fait rire, et j’adore ce genre d’article ! Tout n’est pas tout beau tout rose 🙂 T’inquiètes nous aussi on en a des anecdotes, et pourtant on est 2 ! hahaha

    • Reply Tania 16/12/2017 at 15:53

      tu me rassures c n est pas mon petit cerveau qui fait des siennes
      heureusement tout s est bien terminé hi hi

  • Reply chiffonsandco 11/12/2017 at 18:24

    arrrffff, bon, en même temps, je n’ai jamais voyagé seule, en ayant tout organisé donc je ne ferais pas de commentaire !

    • Reply Tania 16/12/2017 at 15:53

      ah tout peut arriver on ne sait jamais
      sache que ce jr là je serai ravie de tonner mes tips

  • Reply Stephanie 22/12/2017 at 17:47

    Il y a toujours des galères en voyage, ça fait partie du truc !!

    • Reply Tania 26/12/2017 at 19:00

      oui j crois mais j aime bien les raconter qd même
      les galères n empêchent pas le voyage

    Leave a Reply