J'ai testé

J’ai testé le train de nuit pour aller à Toulouse

16/02/2016
j'ai testé le train de nuit pour aller à Toulouse.

En juin dernier, j’ai décidé de partir un week-end à Toulouse. C’est une ville qui me faisait envie depuis longtemps. Depuis Paris, ce n’est pas la porte à coté. Le trajet dure plus de 7h en train.

Je ne pouvais pas déborder du week-end en prenant un jour de congé autre dans la semaine. Alors j’ai décidé de prendre un train de nuit pour maximiser le temps sur place. Je voulais passer 2 jours complets sur place.  C’est pourquoi j’ai testé le train de nuit pour aller à Toulouse.

Contexte d’avant départ

Je suis donc parti vendredi soir 18 septembre après une journée de travail. Me voilà avec ma petite valise. C’est à la gare d’Austerlitz que cela se passe. Premier accroc : ma valise se casse,  enfin la poignée, ce qui signifie que je ne peux plus la tirer.

Cela a été assez soudain. D’ailleurs des petits jeunes se sont bien foutus de moi. Je vous décris la scène, je marche tranquillement. Là un gros boum, la valise tombe de mes mains.

Je n’ai plus que la poignée. J’avoue que je n’ai pas trop regardé autour de moi. Un peu comme quand vous tombez et que vous vous relevez rapidement en espérant que personne ne vous ai vu. Dans mon cas c’était raté.

Je suis ensuite allée vers les quais. J’ai été surprise de voir autant de monde. Il y avait une queue énorme. Oui, un peu naïve, vous me direz.

Un vendredi soir, il y a foule. Les gens rentrent chez eux en province ou visitent la famille. Le train devait partir à 22h43 avec une arrivée prévue à Toulouse à 6h52.
Nous ne sommes réellement partis de Paris qu’autour de 23h10. Je ne sais pas si cela se passe comme cela habituellement.

C’est la première fois que je prenais un train de nuit en France. J’avais un peu peur. Vous me direz peur de quoi, hein. Ben, je ne sais pas trop . Qu’on me vole mes affaires pendant mon sommeil.

Ce qui est paradoxale c’ est que je n’ai pas eu peur quand j’ai pris un train de nuit entre Ayuttaya et Chiang Mai. C’était en mars 2012 lors de mon voyage en Thaïlande.
J’étais plus jeune, plus insouciante peut-être, je ne sais pas trop. Pour autant, je n’ai pas choisi les cabines réservées aux femmes, cela ne me plaisait pas non plus.

Trajet Paris/Toulouse

Je me suis installée à ma place, le train était déjà pas mal rempli. Apparemment, des habitués. Le prix des billets n’était pas négligeable. Merci la sncf quasi 150 euro, eh ben non merci.
Alors j’ai choisi de prendre des sièges inclinables, résultat : moitié prix soit 74 euro l’aller/retour.

Siège inclinable comme son nom l’indique ces sièges sont inclinables à 45 degré. On ne peut pas être en position allongée.
Ce n’est pas la folie mais pas le choix ou plutôt c’est le choix que j’avais fait. Fallait assumer maintenant.

Difficile de dormir pour moi. J’essayais au maximum d’allonger mes jambes. J’avais froid donc j’ai rajouté plusieurs couches de vêtements.

J’étais du coté fenêtre, je devais donc déranger le passager à coté de moi à chaque fois que je voulais aller aux toilettes.
Bon j’ai essayé de réduire au minimum mon passage aux toilettes car elles étaient dans un état pfff, même au début du trajet.

Je me suis demandé si le ménage n’était pas fait. Ce n’est pas la première fois que je fais cette observation dans les trains. Vous me direz que les toilettes ne peuvent être propres en permanence ? En tout cas,  lorsqu’ elles ne le sont pas en début de service, ça craint.

Je me suis assoupi un peu. J’ai surtout passé mon temps à regarder les allées et venues autour de moi, essayé de deviner les différents arrêts aux gares.
J’aime observer les passagers, me demander où ils vont et pourquoi. De nombreux couples étaient présents dans ma voiture, des gens d’âges diverses.

J’avais lu un peu des magazines mais dans ces cas là je n’arrive pas à me concentrer assez pour lire trop longtemps. Pourtant c’était plutôt du divertissement. Allez savoir pourquoi.

Comment passer le temps quand ton installation est imparfaite, que tu as froid. Heureusement mon estomac ne criait pas famine.
La voiture dans laquelle je me trouvais était calme. Il n’y a eu qu’un seul moment où les esprits se sont échauffés.

En effet, deux femmes se sont accrochées au début du trajet. Le train étant rempli, les places pour mettre ses bagages l’étaient aussi.
A un moment, j’ai vu une passagère mettre de coté les bagages des autres car elle voulait mettre la sienne dans un certains sens. Vous vous doutez que la personne à qui appartenait la valise a réagi.

La première dame n’a pas seulement mis les bagages de coté, elles les a carrément envoyer valser en grommelant je ne sais quoi.

Aucun respect vis-à-vis des autres. Et là, je vous préviens tout de suite , il s’agissait de femmes d’une cinquantaine d’années. Oui, il n’était pas questions de jeunes. On dit toujours les jeunes malpolis, et ben non pas ici.

Je vous épargne les noms d’oiseaux. La première dame gênait toutes les autres personnes qui voulaient rentrer dans le wagon.

J’avais hâte d’arriver à Toulouse. On se rapprochait de plus en plus pour finalement arriver. Ouf enfin, la gare de Toulouse Matabiau. Il s’agit maintenant de contacter mon hôte airbnb, nous avions convenu que j’aurai l’appartement à disposition dès mon arrivée.

Bon c’est une autre histoire comme dirait Franck Ferrand. Eh, on n’a les références qu’on peut ( Franck Ferrand présente une chronique- aujourd’hui dans l’histoire- le matin à 6h25 sur Europe 1 , il termine toujours  sa chronique par cette phrase).

Ne vous inquiétez pas, je ne me compare pas à lui. Je ne raconte pas aussi bien les histoires. Je vous raconterai donc prochainement mon week-end à Toulouse. Il y aura un article dédié.

Verdict

Je n’ai pas réussi à dormir convenablement. J’ai eu froid. C’était long, vraiment long. Oui, je vous voir venir.
Je pouvais le savoir à l’avance quand j’ai réservé. Que voulez vous je crois encore au Père Noel moi à mon âge avancé.

La question est ce que j’aurais dormi plus en couchette, possible mais pas sur. Je ne suis pas une grosse dormeuse non plus. La question du prix a fait pencher la balance vers le siège inclinable.

Je verrai pour un prochain voyage à Toulouse. Mais vu la distance, je ne sais pas si il y a une grande différence entre les prix en we et ceux pratiqués en semaine. Quand j’ai réservé, je n’avais pas regardé les prix au-delà du lundi matin.

Suis-je partante pour une prochaine fois en train de nuit, peut-être pas. A regarder pour un voyage en journée ou l’avion si je trouve une promo alors. Mais l’avion pff cela n’a pas que des avantages, à voir.

Et si je devais comparer 7 h de train Paris/Toulouse à 12 h de vol Paris/Rio, il n’ a pas photo le vol Paris/Rio l’emporte avec KO.

Avez-vous déjà pris des trains de nuit ? Comment cela s’est passé ?

3 Comments

  • Reply 2filles1match 24/05/2016 at 10:54

    *Agathe*
    Eh oui, vive les expériences de train de nuit. En général, on renouvelle rarement !
    Mais d’où viens-tu d’ailleurs car je n’ai jamais trouvé cette information sur ton blog et tu dis pourtant que tu n’es pas en France depuis longtemps… Haha !

    • Reply Tania 24/05/2016 at 19:45

      euh dans mon à propos je le dis lol je suis née et ai toujours vécu en région parisienne!!

    • Reply Tania 25/05/2016 at 06:35

      par cotre j adoré le train de nuit Ayutthaya Chiang Mai encore plus long que celui de Toulouse mais ambiance top en ThaIlande

    Leave a Reply