Lectures

Diadorim, ce roman brésilien inclassable de Joao Guimaraes Rosa

04/05/2018
roman classique de la littérature brésilienne

Bom dia les amis. On se retrouve aujourd’hui pour une nouvelle chronique lecture. Il se dit que l’on ne m’arrête plus. Je lis encore et toujours depuis ce jour de février dernier. Pour cette première chronique de mai, je vous emmène : suspense insoutenable hein, au Brésil pardi. Je vous avais prévenu les premiers romans lus sont issus de la littérature brésilienne. Je m’attaque à un gros poisson, j’ai nommé Joao Guimaraes Rosa avec le roman Diadorim. Embarquement immédiat pour le Sertao.

Diadorim, roman classique de la littérature brésilienne

Alors voilà j’y étais devant ce roman: Diadorim. C’est dans les allées de la Fnac de Saint-Lazare, que j’ai trouvé ce roman, parmi la pile roman portugais et brésilien.

 

Vous vous doutez que je n’avais jamais entendu parler de l’auteur. Oui, petit rappel pour ceux qui débarquent, je me suis remise à lire en février. Avant cela, c’était quasiment le néant lool.

 

Alors, j’ai commencé la lecture de ce roman. Je crois qu’on peut le qualifier de pavé. Près de 935 pages.

L’histoire se déroule à la fin du XIXè siècle au Brésil. Difficile de le qualifier. Disons grossièrement qu’on lit les aventures dans le Nordeste brésilien d’un cow boy.

 

Terme pas très propre j’en conviens. J’ai eu l’impression d’être dans un western brésilien. Il s’agissait des aventures de Riobaldo et de Diadorim.

 

Vous saurez tous les détails de leur épopée. Je dis bien tout. Parfois, j’avais l’impression d’être avec eux, de combattre moi aussi.

Vous ne pourrez pas passer à côté des nombreux détails. Je dois avouer qu’à un moment donné ces détails ont failli m’achever.

Je ne voyais pas pourquoi autant de détails. Les descriptions se faisaient trop longues pour moi. Je me suis même demandée ce que je venais faire dans cette galère.

 

Si j’avais su je  serais pas venu. Vous la connaissez celle là où vous êtes trop jeunes. Bref, c’était dur.

Quelle idée quand même. La fille qui reprend la lecture et qui se tape un pavé tel que Diadorim.

 

J’ai failli abandonner la lecture. En effet, beaucoup de va et vient dans l’histoire. L’impression d’être perdue au début.

 

Et puis, je me suis habituée à la façon d’écrire de l’auteur. J’ai appris des choses sur l’histoire brésilienne.

J’ai continué. Je me suis félicitée à la fin de ne pas avoir laisser tomber la lecture.

C’est une grosse claque qu’on reçoit. A la fin du roman, j’ai compris une partie du pourquoi du comment. Là vous vous dites ah oui ah oui.

 

On en sort de cette lecture un peu sonné. Impossible de résumer car ce roman rassemble plusieurs genres à la fois. La récompense est là ne vous inquiétez pas.

 

Les femmes sont très peu présentes dans le roman. C’est un monde essentiellement masculin. Bien sûr, on cherche la femme. Ces hommes cherchent la femme durant leurs périodes de solitude.

 

Vous allez assister à un road movie brésilien avec les confessions d’un vieux cow boy brésilien sur le retour. Que reste t’il à la fin de sa vie ?

 

Les choix, les compagnons de route comme Diadorim et les autres, les retournements de situation….

 

Le roman peut être difficile d’accès mais je vous conseille de le lire. A l’issue de cette lecture, vous comprendrez pourquoi je vous dis cela.

Oui, je sais je parle un peu en code mais ce roman est à découvrir. Pas de spoiler ici.

Diadorim

935 pages

traduction: Maryvonne Lapouge-Pettorelli

Editions: Biblio

Avez-vous l’habitude de lire des pavés de ce genre ? Continuez-vous la lecture d’un roman quand vous êtes en difficulté ? Dites moi quel est le dernier roman que vous êtes contents d’avoir terminé ?

6 Comments

  • Reply Kikimagtravel 05/05/2018 at 00:06

    Effectivement 935 pages ce n’est pas rien et l’histoire a l’air compliqué peut être trop pour moi d’ailleurs quand je te lis ahha . C’est vrai que je suis plutôt roman et histoire vraie mais c’est ce que j’aime dans tes articles: découvrir des nouveaux bouquins et de nouveaux horizons !

    • Reply Tania 08/05/2018 at 19:31

      merci ma Kiki tu vas voir tu vas en découvrir de nvx horizons ici
      on ira aussi en Afrique , Usa Norvège Australie et bien d autres endroits
      t prête ??

  • Reply La Minute d'Emy 05/05/2018 at 22:29

    Ce n’est pas mon genre de roman mais pourquoi pas ! Bon weekend à toi 🙂

    • Reply Tania 08/05/2018 at 19:24

      oui on sait jamais, bonne soirée

  • Reply Lucie 06/05/2018 at 08:40

    Coucou Tania !
    J’aime bien comment tu nous racontes ça, on se dit bof et après finalement on a envie d’en savoir plus ahah
    Moi j’avoue que si les romans ne me plaisent pas dès le début, je laisse tomber. Je fais très attention au style de l’auteur, j’aime pas qu’on raconte une banale histoire et du coup si j’accroche ni avec l’un ni avec l’autre, je le referme aussitôt.
    Donc en ce moment, je lis l’Amie prodigieuse qui ne me plait ni par l’écriture, ni pas l’histoire… je lui laisse une dernière chance ce soir avant de le ranger à tout jamais :p

    • Reply Tania 08/05/2018 at 19:22

      tu vois comme quoi c comme certaines destinations
      tout le monde accroche sauf certains
      les échos que j en ai sont positifs
      tu me diras si tu as lâché l affaire
      moi j essaierai de commencer en septembre

    Leave a Reply